suite 12

 

 

page_66

 

" ...Le bruit que fait cette relève dans les boyaux donne lieu a une petite fusillade qui s'agrave , et bientôt l'alerte est déclenchée , le canon tonne avec violence , les fusées éclairantes vacillent de toute part , les mitrailleuses crépitent , et ça dure environ une demie heure , enfin tout se calme , et il n'y avait rien , les faits suivants  se produisent lorsque l'on s'attend a être attaqué , aussitôt que l'on perçoit le moindre bruit , la fusillade commence , et ainsi que le canon , et ça se calme de la même façon . La journée du 15 , dès la pointe du jour , nous sommes heureux de voir la disposition que nous avions pas put  nous rendre compte la nuit , le champ de bataille est de nos mémoires , sans précédents , de nos anciennes tranchées aux tranchées conquises . Il y a environ 150 mètres sur une largeur de 25 mètres , la terre est couverte de cadavres , mais ils se touchent presque . Derrière nous le village de Flirey , complètement démoli , notre tranchée est encombrée de cadavres , des allemands , il reste encore quelques français , durant cette journée qui fut assez calme , on ne perdit pas son temps , on enleva les morts et nous consolidions notre tranchée qui offrait le sens inverse puisque c'était la tranchée de l'ennemi . Dans un grand trou d'obus qui était a notre côté , on y enterra 2 sous officiers français et 3 allemands , on ne pouvait pas les ...

 

 

page_67

 

" ... mettre ailleurs , il aurait fallut les faire emporter , mais nous ne pouvions pas attendre tout ça , il fallait déblayer les tranchées , et être en état aussitôt que possible a soutenir une contre attaque de la part de l'ennemi , ce que tout le monde pensait du reste . Le bombardement avait tout bouleversé , on voyait que la terre remuée , on aurait put croire que la terre avait été soulevé et qu'elle était retombée en miette , les abris des allemands , je parle de ceux qui n'était pas complètement démoli étaient plein de différentes choses , une grande quantité de munitions , d'armes et de matériel quelconque avait été abandonné , leurs fameux casques à pointe , il y en avait partout , des sacs bien garnis tant qu'en linge , ou provisions , il nous fallut éplucher tout ça avec grand intérêt et les tas de lettres et de cartes postales attirait plus particulièrement notre attention , ainsi que le beurre , le chocolat , les cigarettes qui d'ailleurs faisaitd'excellente fumée : A la nuit tout est a peu près en ordre , dans la nuit du 15 au 16 , il se produit 2 fausses alertes , l'une vers dix heures , et l'autre au petit jour , c'est toujours le même spectacle , un vacarme épouvantable . La journée est pour nous bien longue , car l'ennemi nous bombarde sérieusement et commence à approcher les premieres ...

 

 

page_68

 

" ... lignes qui avaient été épargnées jusqu'ici , la nuit du 16 au 17 est marquée également par une fausse alerte . La journée du 17 , rien de trop grave a signaler , et la nuit venue , nous attendons impatiemment a ce que l'on viennent nous remplacer car depuis trois jours que nous veillons jour et nuit , on est rudement fatigué . Ce n'est qu'après minuit que nous sommes relevé si bien que il est jour lorsque nous arrivons a Bernécourt , dévoré par la soif , car durant cette journée nous avons rien eu à boire , et ces journées fiévreuses nous asséchaient la gorge . La journée du 18 est pour nous un repos bien gagné et il en est ainsi le 19 et le 20 . Bernécourt est assez heureux car il ne souffre pas trop du bombardement  , a part 5 ou 6 obus par jour . Le 20 au soir , nous reprenons le chemin des tranchées , l'ennemi bombarde toujours violemment , c'est ce que l'on rapporte de ces trois journées écoulées . Les premières lignes sont maintenant bombardées continuellement , si bien que le 20 au soir nous sommes obligés de changer une mitrailleuse de place , car , l'emplacement est intenable , l'obus a tout démolie . Le 21 un bombardement des plus sérieux noue arrose partout , le 22 également , on se demande si l'ennemi est fou . Ce jour là , un obus tombe a côté de nous dans la tranchée , me ...

 

 

page_69

 

" ... recouvrant d'un tas de pelle et de pioche , ou l'obus était tombé juste dessus - un chevalet de pointage allemand me rendit je crois un heureux service car la plate forme me protégea bien des éclats . J'en fus quitte pour la peur , ça arrivait souvent . Le 23 même chose que la veille , les nuits sont insupportables , des deux côtés , ça tire toujours , les balles ne font que siffler : Mais tant que le canon dit rien , nous nous trouvons tranquille . Le 23 au soir nous sommes relevés des tranchées . Les trois jours suivants 24 , 25 , 26 sé jours de repos à Bernécourt . Le 26 au soir nous remontons aux tranchées , les trois jours précédents ont été assez calme . Les nuits sont toujours très agitées , les balles sifflent toujours , mais enfin , ce n'est plus cette inquiétude des premiers jours . Les soldats du génie travaille toute les nuits , a faire des tranchées , en avant , qu'il faudra occuper ensuite , ce qui nous rendras a peine a 100 mètres de l'ennemi . Le 29 au petit jour , nos travailleurs sont surpris par l'ennemi , et une fausse attaque se déclenche aussitôt , qui dure heureusement qu'un instant . A midi notre artillerie bombarde en signe de simulacre d'attaque , l'ennemi y répond fiévreusement , et s'affirme la supériorité jusqu'à la nuit , ils tapent partout en premières lignes comme  en arrière , nous en sommes affolés . Le 29 au soir nous sommes relevé des tranchées , notre régiment a quitté Bernécourt ....

 

 

page_70

 

" .... Le cantonnement est maintenant fixé à Noviant aux Prés , nous y arrivons à minuit , par une nuit splendide , le cantonnement est assez bon , bien meilleur qu'à Bernécourt , le bourg est très agréable , il en est presque ainsi de tout dans cette belle plaine de la Woëvre , par ces belles journées de printemps , et ce qui est plus appréciable c'est que les obus ne tombe plus à Noviant depuis quelques temps , l'église a été épargnée , nous sommes heureux de nous retrouver aux prières du mois de Marie tous les soirs . Le 30 , 1er , 2 sont pour nous trois bonnes journées bien agréables , le 3 au soir nous remontons aux tranchées , je commande une section qui est en réserve , en 4è ligne , le 4 à 9 heures du matin , après le bombardement , le 63è qui est a nos côtés attaque une tranchée ennemi , il réussit assez bien , l'assaut fait merveille , le reste de la journée fut terrible car l'ennemi bombarde sérieusement : mais les tranchées restèrent à nous , les deux jours suivants le 5 et 6 sont assez calme mais il faut pas oublier le bombardement , le 6 nous revenons au repos à Noviant . Les journées du 7 , 8 et  , il fait toujours un temps superbe . Le 8 au soir , nous remontons aux tranchées , nos mitrailleuses occupent maintenant la nouvelle tranchée , nous sommes très près de l'ennemi , les journées du 9 , 10 et 11 mai l'ennemi nous inflige des pertes ....

 

 

page_71

 

" ... assez sérieuses , par un bombardement interne . Le 10 au soir , une fausse alerte met tout le monde en émoi  pendant près de 2 heures , ça se calme enfin comme d'habitude . Le 11 mai , nous revenons au cantonnement toujours dans la nuit . Les deux premières journée , la première et la troisième qui était jour de l'ascension sont pour nous très agréables , dans la nuit du 13 au 14 , le bombardement gronde toute la nuit , et le 14 au matin , un régiment qui était à nôtre gauche attaque une tranchée ennemi , malheureusement , le travail du matin ne dure pas longtemps car l'ennemi reprend sa tranchée vers 4 heures après une rigoureuse contre attaque . Le 14 au soir , nous reprenons les tranchées , la fusillade est très forte pendant la nuit . Le 15 journée assez calme , le bombardement a diminué , le 16 ème journée que la précédente : le 17 les crapouillots font leur apparition assez près de nous , ça commence a nous ennuyer . Le 17 au soir nous sommes relevés pour revenir toujours à Noviant , il pleut , nous avons hâte d'arriver pour nous reposer , le 18 , 19 , 20 séjour à Noviant , le 20 au soir nous remontons aux tranchées , durant cette journée les crapouillots ont fait des dégâts terribles , mon gourbi est presque démoli et dans cet endroit , on a évacué complètement sur une ...

 

 

page_72

 

" ... longueur de 100 mètres , 3 ou 4 crapouillots sont tombés en pleine tranchée et on tout démoli , il y a eu plusieurs morts et beaucoup de blessés , durant la journée du 21 et 22 , ce fut assez calme . J'employa mes deux jours a construire un nouveau gourbi , le 23 jour de pentecôte , je m'installe dans mon nouvel abris pour y prendre un peu de repos mais dans la soirée , les crapouillots qui depuis deux jours avaient fait relâche firent de nouveau leur apparition , le premier tomba a 3 mètres a peu près de mon gourbi , comblant environ 5 ou 6 mètres de tranchées , heureusement les hommes avaient eu le temps d'évacuer avant qu'il n'éclata , le soir nous sommes relevés et nous revenons à Noviant . Le 25 dans la soirée qui était notre deuxième jour ici , nous apprenons que le régiment est relevé complètement du secteur de Flirey , on murmure que nous allons partir pour l'arrière . Après avoir tout descendu le matériel des tranchées , la journée du 26 nous la passons à Noviant , le 27 également , ce n'est que dans la journée que nous quittons Noviant et au lieu de partir pour l'arrière , nous reprenons les tranchées à Regniévilee que nous connaissions déjà , qui est a quelques kilomètres de Noviant . Nous nous mettons en route a 9 heures , et il fait presque jours lorsque nous arrivons a nos emplacements , ou la situation s'est bien améliorée , depuis que nous avons fait la prise du village . Le 28 première journée qui fut très calme , le lendemain 29 aussi calme ........

 

 

 

Fin du journal , celui ci s'arrete brusquement soit par perte de la fin du récit ou alors  je ne saurais le dire ( peut être le pire pour l'auteur ) . A ce jour je ne connais pas l'identité de l'auteur et je ne peux dire si c'était un soldat , un caporal ou un sergent ou autres . Si je progresse dans l'étude du journal je ne manquerais pas de faire part de mes recherches et si parmi vous il y en a qui peuvent apporter de l'aide  , je ne serais que plus content et je vous en remercie d'avance .